Home La Montagne Cinéma - « Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part » :...

Cinéma – « Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part » : le …

« Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part » : le best-seller d'Anna Gavalda prend vie sur grand écran. Un film réalisé par Arnaud Viard, servi par une distribution prestigieuse.

« Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part » d'Anna Gavalda est à l'origine un recueil de nouvelles publié par l'auteure, en 1999. 12 textes appuyés sur les émotions et les espoirs de chacun, révélant la faiblesse de l'être humain, en même temps ses espoirs et ses pensées les plus insensées ou les plus profondes. Immense succès à la clé.

Dans l'adaptation cinématographique signée Arnaud Viard, les personnages principaux sont quatre frères et s?urs avec chacun leurs doutes, leurs regrets et leurs rêves réunis au sein d'une même famille.

Quelle a été la genèse de votre film ?

Tout a commencé lorsque j'ai acheté (à cause de son titre, si séduisant) le premier livre d'Anna Gavalda. C'était l'été 1999, j'avais tellement aimé ses nouvelles que je lui avais écrit une lettre. Elle m'avait d'ailleurs répondu sur une carte postale que j'ai gardée. Notre correspondance s'est arrêtée là.

Quelques années plus tard, j'ai rencontré Anna Gavalda, qui avait vu et aimé mon premier film Clara et moi. J'ai relu ses nouvelles, et émis le souhait d'en faire un film. J'ai alors déjeuné avec son éditeur et commencé à écrire le scénario. Nous étions en 2010.

Et que s'est-il passé ?

L'écriture a duré un an et lorsque nous avons essayé de monter le film avec le producteur de l'époque (Nord-Ouest), il s'est avéré assez vite que le système ne voulait pas du projet, ce qui me paraissait assez incompréhensible puisque le livre s'était vendu à plus de 2 millions d'exemplaires. Donc, le film ne s'est pas fait.

Puis, en 2017, j'ai retravaillé le scénario grâce à Rémi Burah d'Arte, qui m'avait fait une très belle note critique. Alors, le film a rencontré son producteur, Marc-Benoît Créancier (Easy Tiger). Et un jour, tout s'est débloqué lorsque JeanPaul Rouve a dit oui au projet. Ensuite, UGC, très enthousiaste sur le scénario, s'est positionné. A partir de là, je me suis dit que j'allais enfin pouvoir faire ce film.

Avez-vous trouvé la place de vous glisser, vous, Arnaud Viard dans les personnages de votre scénario ?

Oui… Pour être honnête, je peux facilement me retrouver dans Juliette (Alice Taglioni), Mathieu (Benjamin Lavernhe) et Jean-Pierre (Jean-Paul Rouve)…

D'ailleurs, personnellement, et pour diverses raisons, j'ai mis du temps à vivre ma vie, la mienne. Comme la grande majorité des gens, sans doute. Lorsque j'ai dit à 14 ans que je voulais être acteur, mes parents ne m'ont pas entendu, et lorsqu'à 26 ans, je leur ai écrit une lettre pour leur dire que j'arrêtais mon travail dans la publicité, pour entrer au cours Florent, ils sont tombés des nues, et m'ont juste dit…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Must Read

Mascherine, quale usare? Vademecum del Ministero

Il Ministero dell'Interno ha divulgato un  “Vademecum sull' utilizzo delle mascherine” predisposto da un’agenzia formativa accreditata della regione Piemonte da divulgare a...

Coronavirus, in Liguria volano i droni

Proseguono i controlli della polizia municipale di Diano Marina, che vigila sul rispetto del decreto del governo che impone la quarantena in...

"Coronavirus, sicurezza dei vigili urbani a rischio"

FIRENZE - Nonostante siamo in piena emergenza Coronavirus “continuano a mancare i dispositivi di protezione individuale per la Polizia Municipale del Comune...

Videosorveglianza, le linee guida Ue

Annamaria Villafrate per Studio Cataldi affronta il tema della Videosorveglianza e nello specifico quali siano le linee guida dell'Unione Europea in merito...

Decreto Cura Italia, spiegato articolo per articolo

Simone Chiarelli spiega articolo per articolo il Decreto "Cura Italia" - D.L. 17/3/2020 n. 18 . Chiarelli è dirigente del Comune...